Libre de le dire

Comment faire ?

Libertés d'expression et de conscience : vous pouvez communiquer et partager vos convictions ; vous pouvez vivre selon vos convictions.

 

LIBRE DE LE DIRE : oui, mais comment ?
Comment exprimer librement ses convictions mais aussi les vivre pleinement,
aujourd’hui en France ? Comment concilier la diversité inhérente à notre société et la laïcité
de l’État et des collectivités publiques ?

 

 

Individus et groupes, de toutes cultures, confessions et opinions se côtoient et sont appelés à vivre ensemble. La richesse de la société provient de l’expression paisible de cette diversité. C’est la clé d’un pluralisme nécessaire à la démocratie. L’État laïc se pose alors en chef d’orchestre de cette diversité, pour le maintien de l’ordre public et le respect des libertés de chacun.

Si la République française est laïque, la société française ne l’est pas.

La neutralité religieuse est une obligation qui pèse sur l’État et les collectivités publiques ainsi que sur leurs agents dans le cadre de leurs fonctions.

Elle ne concerne pas les personnes privées, qui disposent de la liberté d’expression et de conscience, dans les limites prévues par la loi.

 

LIBRE DE LE DIRE rappelle donc l’espace de liberté qui est un acquis commun à tous.

 

Cette campagne, ancrée dans une approche juridique, met en lumière les textes en vigueur dans le droit international, européen et français

 

Elle souligne, qu’au delà d’une compréhension souvent tronquée des libertés dans l’opinion publique, les convictions ne sont pas 

réservées à la sphère privée ou intime, elles ont vocation à s’exprimer en public.

 

Un espace de dialogue et de débat est en effet toujours ouvert lorsque l’on respecte la liberté de l’autre. Croyants et incroyants peuvent donc exprimer, échanger, communiquer et vivre en accord avec leurs convictions dans un État de droit, pour autant qu’aucun d’eux ne fasse barrage à l’expression de l’autre et au respect de l’ordre public.

 

 

 

En effet, les articles 9 et 10 de la Convention de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales (4 novembre 1950) s’appliquent à tous :

 

Article 9 – Liberté de pensée, de conscience et de religion

 

  1. Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion ; ce droit implique la liberté de changer de religion ou de conviction, ainsi que la liberté de manifester sa religion ou sa conviction individuellement ou collectivement, en public ou en privé, par le culte, l’enseignement, les pratiques et l’accomplissement des rites.
  2. La liberté de manifester sa religion ou ses convictions ne peut faire l’objet d’autres restrictions que celles qui, prévues par la loi, constituent des mesures nécessaires, dans une société démocratique, à la sécurité publique, à la protection de l’ordre, de la santé ou de la morale publiques, ou à la protection des droits et libertés d’autrui.

Article 10 -Liberté d’expression

 

  1. Toute personne a droit à la liberté d’expression. Ce droit comprend la liberté d’opinion et la liberté de recevoir ou de communiquer des informations ou des idées sans qu’il puisse y avoir ingérence d’autorités publiques et sans considération de frontière. Le présent article n’empêche pas les États de soumettre les entreprises de radiodiffusion, de cinéma ou de télévision à un régime d’autorisations.
  2. L’exercice de ces libertés comportant des devoirs et des responsabilités peut être soumis à certaines formalités, conditions, restrictions ou sanctions prévues par la loi, qui constituent des mesures nécessaires, dans une société démocratique, à la sécurité nationale, à l’intégrité territoriale ou à la sûreté publique, à la défense de l’ordre et à la prévention du crime, à la protection de la santé ou de la morale, à la protection de la réputation ou des droits d’autrui, pour empêcher la divulgation d’informations confidentielles ou pour garantir l’autorité et l’impartialité du pouvoir judiciaire.

 


 

 

Sachons laisser à l’autre la liberté que nous souhaitons pour nous !

 

 

Cette campagne appelle ainsi à une meilleure acceptation de la diversité de la société française. Elle s’inscrit dans une dynamique de tolérance entre les personnes et les groupes, qui ne partagent pas les mêmes pensées, les mêmes cas de conscience ou la même religion. Libre de le dire ne défend donc pas un « clocher » ou une opinion particulière mais constitue un appel  à une juste compréhension des libertés d’expression et de conscience, telles que le droit les définit. Si cette campagne part des questionnements propres aux chrétiens évangéliques, elle se veut résolument au bénéfice de tous, quelles que  soient les convictions.

Sachons exercer les libertés et les défendre contre des interprétations réductrices.

Cette campagne se veut avant tout rassurante et informative afin que ces questions de libertés ne soient pas ou plus abordées dans la crainte, la méfiance ou le flou qui planent dans l’opinion publique ou les médias. En retournant aux sources juridiques, ces questions pourront être abordées d’une manière assumée et éclairée. En s’éloignant des polémiques, ces questions pourront trouver des réponses justifiées par les fondements des libertés individuelles. Les libertés ainsi que leurs limites pourront ainsi être mieux comprises et mieux vécues.

Libre de le dire encourage un esprit de liberté et de tolérance. Que chacun puisse exprimer et vivre ses convictions dans notre pays, dans la paix et la diversité.

À vous qui lisez ces lignes : merci, bonne visite et soyez

CNEF-Libre-de-le-dire-logo


Vous avez un témoignage ? N'hésitez pas à nous le partager !

Dites-le nous !

Utilisez ce formulaire de contact pour nous partager vos témoignage. À très vite !


Votre nom (*)

Votre prénom (*)

Votre adresse email (*)

Votre numéro de téléphone

Votre message (*)